Bénévolat


Actualités :

Mise à jour du 24 avril 2020

Communication Bénévoles d'accompagnement dans le contexte du Covid 19    

La crise sanitaire en confinant les bénévoles comme l’ensemble de la population, a stoppé leur participation aux soins palliatifs :
 
C’est clair et précis, dans la FAQ mise à jour par le ministère de la santé pour faire face au covid 19 : « les interventions des bénévoles sont suspendues dans les EPHAD». Bien que rédigées en collaboration avec de grands spécialistes de soins palliatifs, les recommandations de l’ARS IDF confirment que « les activités incluant des bénévoles en USP sont arrêtées », sans distinction des types de bénévolats. Les visites des proches étant en même temps drastiquement réduites voir supprimées, il a semblé tout à fait naturel, à tous, que les bénévoles d’accompagnement ne continuent pas leurs visites et c’est ainsi, que tous se sont confinés, conformément aux instructions du gouvernement et de leurs associations.
   
A défaut de pouvoir assurer une présence physique, certaines associations ont cherché à participer autrement aux soins palliatifs, en organisant notamment des permanences téléphoniques pour les personnes en soins palliatifs et pour leurs proches. Bon nombre ont également encouragé leurs bénévoles à participer à la plateforme d’écoute « Mieux traverser le deuil » et mettre leur compétence en matière d’écoute au service des endeuillés.
Une enquête du collège des bénévoles auprès des 305 associations répertoriées en France a permis de recueillir les témoignages de quelques associations sur ces initiatives prises dès les premiers jours du confinement. Elles ont été mises en ligne sur le site de la SFAP.
 
Malheureusement les retours se sont avérés faibles. Ce sont essentiellement les bénévoles connus des patients et des proches, qui ont pu continuer à appeler régulièrement ceux-ci et assurer malgré tout un accompagnement précieux par téléphone.
 
Le comité de pilotage du collège des bénévoles a écrit à l’ensemble des ARS pour leur indiquer qu’il se mettait à leur disposition pour les aider à réfléchir et éventuellement apporter une aide si un service civique de jeunes se mettaient en place.
 
Par ailleurs, les services hospitaliers de Lyon, de Puteaux et de Saint Denis en sollicitant les associations de bénévoles ont suscité un débat au sein du comité de pilotage du collège des bénévoles, quant à la continuité d’une forme de bénévolat sur place, durant la crise sanitaire. En les sollicitant, ces services ont manifesté l’importance de la place que les bénévoles d’accompagnement jouent dans leur service :
 
L’Hôpital Croix Rouge de Lyon a sollicité les bénévoles d’accompagnement pour accompagner physiquement les proches de malades du service COVID, qui seraient appelés uniquement dans un moment de risque de décès imminent. Il se serait agi d’aider les familles à mettre les équipements nécessaires, mais également de les raccompagner après cette visite d’un quart d’heure et pour la dernière fois. Les psychologues de l’établissement proposaient une collaboration pour accueillir la souffrance des proches par le truchement de l’accompagnement physique de l’entrée de l’hôpital jusqu’au service, puis du service jusqu’à la sortie de l’hôpital. Cette initiative n’a pu en définitive se mettre en place.
A Saint Denis, la solidarité de la société civile s’est manifestée par la fabrication de masques, de dons ou de repas pour les soignants. Certains bénévoles d’accompagnement se sont joints à ce mouvement et ont prêté main forte à l’hôpital pour améliorer les relations entre les familles et les malades.
 
A l’occasion de cette crise, il est apparu qu’une diversité de postures dans l’accompagnement était possible. Pour certains, cela ne remettait pas en question la nature de l’accompagnement de présence et d’écoute mais, pour d’autres, cela n’était pas souhaitable.
 
Quelle est la place des bénévoles au sein des équipes de soignants ?
D’après l’article L1110-11 du code de santé publique : « les bénévoles, formés à l'accompagnement de la fin de vie …. peuvent, … sans interférer avec la pratique des soins médicaux et paramédicaux, apporter leur concours à l'équipe de soins… ».
Les autorités administratives ont jugé que l’article L1110-11 ne s’appliquait plus dans un contexte de pandémie, et la plupart de nos associations également. De gré ou de force, les bénévoles se sont éloignés des équipes de soignants et ont accepté que leur place soit optionnelle.
 
Au cœur de la crise et de l’urgence, nous faisons le constat que certaines associations et certains bénévoles ont répondu à des demandes et ont inventé d’autres manières d’être présents auprès des soignants et des personnes en fin de vie. Ils l’ont fait dans l’esprit et la continuité de leur bénévolat d’accompagnement.
 
Cette situation nous fait nous interroger sur la pertinence de la différence que nous faisons habituellement entre le bénévolat d’écoute et le bénévolat de services. C’est un sujet que nous devrons reprendre après cette période, nourris de ces expériences que nous aurons vécues.
 
C’est justement quand notre société est devenue hyper médicalisée, a généré des situations d’acharnements thérapeutiques indignes, que nous, bénévoles, avons participé à la naissance des soins palliatifs. Depuis 30 ans, nous contribuons, toujours au sein d’une équipe, à apporter des soins aux personnes en souffrance, atteintes d’une maladie grave et évolutive, par notre seule présence bienveillante non médicale. Nous représentons une fenêtre sur une société citoyenne et solidaire. Nous sommes des compagnons de route de ceux qui rentrent dans la dernière ligne droite de leur vie. Nous sommes une présence pour les ainés esseulés, un réconfort pour les endeuillés. Et nous militons pour que les soins palliatifs soient accessibles à tous, partout et de façon précoce…parce que soigner ne signifie pas seulement guérir et que notre médecine hyper technicisée ne peut pas répondre à tous les besoins de l’homme.
Covid ou pas Covid.
 
Les bénévoles n’ont d’autres missions que d’être simplement présents  aux côtés des équipes de soins palliatifs, mais ils en sont le plus fort symbole : ils rappellent qu’il est encore temps de vivre.
Covid ou pas Covid.
 
L’impact de la crise dans nos missions
 
Le contexte sanitaire a restreint nos libertés et différé les opérations non urgentes ou non essentielles mais effectivement, on ne peut ni empêcher les fins de vie ni considérer que les soins palliatifs et l’accompagnement des bénévoles sont accessoires, sans nous renier.
 
La SFAP joue son rôle en mobilisant l’ensemble de ses collèges : médecins, infirmiers, psychologues, travailleurs sociaux (…) et bénévoles. La SFAP encourage chaque association et bénévole, à poursuivre l’accompagnement collectif et pluridisciplinaire pour que l’accès aux soins palliatifs soit maintenu. Covid ou pas covid
 
Chaque association a son rôle à jouer auprès de ses partenaires et chaque bénévole doit pouvoir à la place qui lui convient, continuer d’être actif, s’il le souhaite, dans son bénévolat d’accompagnement.
 
Dans sa dernière allocution, le Président de la République a clairement indiqué que les hôpitaux et les EPHAD devaient s’organiser pour permettre aux familles de venir voir leurs proches en fin de vie.
Adaptons nos procédures, mettons de côtés nos débats existentiels, interrogeons-nous, nous bénévoles, sur comment collaborer à la continuité de la démarche palliative, dans un contexte hyper médicalisé, hyper sécurisé et hyper anxiogène. Davantage d’interdisciplinarité, de partage d’expérience, d’écoute des besoins des autres, de solidarité, doivent nous permettre de réussir.
 
Et demain…
 
Demain, nous demanderons de pouvoir être testés en priorité après les soignants pour pouvoir être déconfinés, et à nouveau accompagner les personnes en soins palliatifs.
 
Demain, nous pourrons réfléchir à l’accompagnement des bénévoles en soins palliatifs et débattre de l’évolution vers un bénévolat d’écoute et d’accompagnement, qui pourrait inclure du service pour certains.
Demain, nous pourrons communiquer sur l’intérêt de recruter plus de bénévoles et d’accompagner plus de personnes en institution comme à domicile.
 
Demain, nous pourrons penser à tout cela, parce qu’aujourd’hui, notre priorité est de veiller, par tous les moyens possibles, à ce que toute personne puisse finir sa vie en étant soulagée et accompagnée, et ses proches soutenus en toute humanité.
 
Parce qu’aujourd’hui, notre priorité est qu’on puisse mourir dignement en France, covid ou pas covid.
 
Signatures :

Yves du Plessis / Sabine de Baudus / Christine de Gouvion St Cyr / Marie Dominique Trébuchet / Catherine Renard

 ***

Mise à jour du 23 avril 2020

Vous trouverez ci-dessous la liste des actions remontées par les associations, que nous avons listées suivant leur code postal : merci à elles d’avoir partagé leurs initiatives ;

Toutes, plusieurs ou au moins une des associations ont mené les actions suivantes :

  • Prise de contact avec les équipes de soignants auprès desquels elles intervenaient, pour les assurer de leur soutien et de leur présence à distance sous différentes formes
  • Mise en place d’une permanence téléphonique pour accompagner les personnes en soins palliatifs ou leurs proches ou les personnes vivant un deuil (parfois création de 2 groupes distincts soins palliatifs / deuils)
    • Les soignants, les personnes hospitalisées ou en EHPAD laissent un message et ils sont rappelés par les bénévoles.
    • Les bénévoles donnent leur numéro personnel aux soignants et les créneaux sur lesquels ils peuvent répondre et accompagner.
  • Poursuite des accompagnements à domicile ou dans les EPHAD par les bénévoles connus des personnes, par téléphone
  • Réponse positive à la demande de l’hôpital de mettre en place une écoute téléphonique pour les familles des patients atteints du COVID. Création d'un pool de bénévoles disponibles par téléphone. Les besoins sont collectés par les soignants sur une adresse mail créée spécialement et les bénévoles rappellent.
  • Proposition d’accompagner par skype les malades, leurs proches ou les personnes endeuillées. Pour les inciter à prendre contact avec des bénévoles qu’ils ne connaissent pas, certains bénévoles ont proposé d’aider les personnes à rédiger une lettre à leur proche, jouer aux dames, ou toute autre activité qui peut se faire à distance.
  • Proposition transmise aux bénévoles de s’inscrire sur la plateforme « Mieux traverser le deuil » pour écouter les personnes endeuillées durant la crise sanitaire
  • Appel de toutes les institutions environnantes pour connaitre leurs besoins
  • Proposition de services « plus » pour soutenir les équipes y compris autour du soin (cuisinier, service technique...) : assouplissement et extension de nos modalités de fonctionnement et de notre bénévolat. Fabrication de blouses pour les soignants.
  • Prise de contact avec les pompes funèbres pour leur indiquer la mise en place d'une écoute téléphonique pour les endeuillés.
  • Prise de contact avec le site « solidaire coronavirus » mis en place sur la région
  • Mise à jour du site internet de l’association pour faciliter les demandes d'écoutes
  • Envoi d’un message hebdomadaire au personnel hospitalier "comme une carte postale » que l'on envoie pour dire qu'on pense à eux et qu'on reste dispo par mail ou tel.
  • A la place de l'atelier d'art thérapie en présentiel, proposition de sujets à traiter
  • Proposition de partager sans support matériel un temps de pratique de méditation, un temps offert et partagé pour étendre un peu de paix ou de bienveillance, en pensant aux personnes que l'on accompagne ici ou là , aux familles démunies, aux malades, aux endeuillés.
  • Envoi de cartes postales aux personnes âgées mal entendantes en EPHAD
  • Proposition d’écoute par téléphone des personnes endeuillées, transmise au crématorium et aux centres sociaux ruraux
  • Formation à distance des bénévoles
  • Initiative intéressante venant des soignants eux-mêmes : préoccupés du devenir des personnes ayant perdu un proche du covid à Jeanne Garnier sans avoir pu le voir avant, ou très peu, juste au moment du décès, les soignants nous ont demandé si nous pourrions appeler les proches  dont ils avaient collectés les numéros. Ce que nos bénévoles du Pôle suivi de deuil ont fait ; cette initiative a rencontré un très bel accueil de la part des proches contactés.
  • Réalisation d'un kit pour accompagner le deuil en contexte pandémique COVID 19
  • Mise en place d'un forum d'échange sur le deuil en contexte pandémique COVID 19
     

Il est encore trop tôt pour faire un bilan des retours de ces différentes initiatives. Il semblerait néanmoins que les accompagnements par téléphone sont très appréciés quand ils ont lieu. Le confinement, l'isolement et les peurs liées à la situation ressortent beaucoup lors des écoutes téléphoniques.

Toute la difficulté est d’inciter la personne, qui en a besoin, à prendre contact avec un bénévole, quand il n’a pas eu l’occasion de le rencontrer avant le confinement.

CP nom de votre association Email de la personne contact
01000 Association de Soutien aux Soins Palliatifs coordinatrice@assp-soins-palliatifs.org
11100 ENJEUX PASS-AGES=RE-CONCILIATION re-conciliation@wanadoo.fr
22950 JALMALV 22 jalmalv22@orange.fr
29150 ASP Armorique asp-armorique2@orange.fr
29400 ASPprésence-écoute pays de Morlaix marie-paule.daniel29@orange.fr
33000 ALLIANCE 33 husson.gerard@club-internet.fr
33640 Fédération ALLIANCE mmgeorges@hotmail.fr
34070 Accompagnement ecoé contact@accompagnement-ecoe.fr
35760 JALMALV jalmalv35@hotmail.fr
38200 JALMALV Vienne daniele.baillet40@wanadoo.fr
41000 JALMALV 41 mc.duwoye@laposte.net
42000 JALMALV ae.richard@orange.fr
42300 JALMAV ROANNE jalmalvroanne42@gmail.com
45000 JALMALV cc.claude0120@orange.fr
47000 ALLIANCE 47 AGEN Renard.cat@gmail.com
59493 CHOISIR L'ESPOIR choisir.lespoir@orange.fr
60200 JALMALV COMPIEGNE sdupassage@gmail.com
61300 JALMALV Pays Grasois moniquegrangeon78@gmail.com
66000 ASP P.O l'Olivier asppo@wanadoo.fr
73000 JALMALV Savoie lomba.alexandre@gmail.com
74000 JALMALV ANNECY marc.fontaine74@orange.fr
74200 JALMALV LEMAN-MONTBLANC info@jalmalv-lmb.com
75010 Empreintes-Accompagner le deuil contact@empreintes-asso.com
75015 AIM mmion@adc.asso.fr
75017 ASP fondatrice muriel.bideau@aspfondatrice.org
78000 association RIVAGE mclouppe@gmail.com
82000 ASP 82 asp82@wanadoo.fr
83000 RENATUS nicou.e@orange.fr
87000 ASP 87 / CLOWNS DOUX asp87clownsdoux@gmail.com
97123 ASP de la Basse-Terre patricia.claret12@gmail.com

****

Message du 30 mars 2020

Plateforme Mieux traverser son deuil

Bonjour,

Nous avons reçu une demande urgente et exceptionnelle des initiateurs de la plateforme digitale « mieux traverser son deuil », qui anticipent une très forte hausse des besoins d’accompagnements des personnes endeuillées dans le cadre de confinement que nous vivons. Ils souhaiteraient que nos bénévoles d’accompagnement en soins palliatifs, qui seraient volontaires pour donner 2 heures de leur temps par semaine, puissent pendant 2 mois accompagner les personnes endeuillées par téléphone ou par internet.

Vous trouverez leur démarche en pièce jointe, ainsi que le message à transmettre à vos bénévoles, si votre association souhaite participer à cet démarche solidaire et temporaire. Il n’y aura pas de formation spécifique pour les bénévoles, qui devront utiliser leur expérience en soins palliatif.

Résumé de la démarche

Proposition de courrier aux associations de bénévoles

Questions et contact : Nelly (bénévole MTD) : nelly@mieux-traverser-le-deuil.fr;

Bien à vous

Catherine Renard et Yves du Plessis
Responsables du collège des bénévoles

Message du comité de pilotage du Collège des bénévoles de la SFAP
à l’ensemble des responsables des associations adhérentes de la SFAP

Le 24 mars 2020

Bonjour à toutes et tous,

Plusieurs bénévoles ont exprimé leur souhait de poursuivre leurs accompagnements autrement pendant ces temps inédits de confinement.
Le comité de pilotage du collège des bénévoles propose de centraliser et de diffuser toutes les initiatives qui pourraient être menées en ce sens par les associations de bénévoles en soins palliatifs.
Ainsi, une association du sud de la France a établi un tableau de permanences téléphoniques par demi-journée pour que les soignants puissent rediriger les éventuelles demandes ou besoin d’écoute, auprès des personnes malades, mais aussi et surtout, de leurs proches, et peut-être des soignants eux-mêmes qui ont un grand besoin de parler de ce qu’ils vivent actuellement.
Ce tableau signifie que les bénévoles volontaires ont accepté de donner leurs téléphones portables personnels pour être contactés.
Ce tableau est transmis à tous les lieux ou cette association intervient, institutions ou équipe domicile mobile et HAD.
Si votre association a développé une idée pour continuer notre action sous une forme ou sous une autre, nous serions très heureux de recevoir et partager vos témoignages.

Vous pourriez la communiquer en cliquant sur le bouton ci-après :

En espérant recevoir plein d’idées formidables, nous vous souhaitons bon courage. Nous les mettrons régulièrement dans la rubrique Bénévolat du site de la SFAP pour partager les bonnes initiatives !
 

Bien cordialement,

Catherine Renard et Yves du Plessis
Les Co-responsables du Collège des bénévoles

Membres du Comité de Pilotage du Collège des Bénévoles de la SFAP
Yves ARTUR du PLESSIS (Albatros) - Catherine Renard (Alliance 47) - Marie-Martine Georges (Fédération Alliance) - Myriam MARRADES (ASP 84) - Eric GONZALEZ Actes Val en Drôme - Christine Gouvion St Cyr (ASP Fondatrice) - Hélène LALÉ (Empreintes Vivre Son Deuil 75) - Colette Peyrard JALMALV - Olivier de MARGERIE Président de JALMALV - Jeanne Yvonne FALHER (Fédération JALMALV) - Sabine de BAUDUS (Petits Frères des Pauvres) - Evelyne PONCHON (Regain) - Pinpin CORDIER Présidente Vivre Son Deuil Nord Pas de Calais - Marie QUINQUIS (Rivage)  - Pierre Vezy UNASP Et Marie-Dominique Trébuchet (membre du bureau de la SFAP)

Interview de 4 bénévoles d'Albatros par la journaliste de RCF, Laetitia de Traversay (durée totale 30')

  • Véronique Comolet a reçu le prix spécial du jury du "Prix Grand témoin" de la France Mutualiste. Ce prix lui a été remis pour son ouvrage Toute fin est une histoire au cours d'une cérémonie organisée le jeudi 30 novembre 2017 à l'Hôtel de Lassay sous le patronage de François de Rugy. Au travers du témoignage de Véronique Comolet, le bénévolat en soins palliatifs se trouve récompensé comme engagement citoyen et solidaire et la démarche palliative soutenue. Véronique Comolet a invité les députés présents dans la salle à venir suivre un bénévole afin de découvrir la réalité de l'accompagnement auprès des personnes malades, très âgées, et en fin de vie. La mission de chaque bénévole est aussi de faire connaître l'accompagnement et les soins palliatifs avec son propre charisme et les moyens dont il dispose. Certains écrivent, d'autres témoignent auprès de publics divers. Poursuivons cette tâche urgente là où nous sommes et osons témoigner de la solidarité humaine qui nous anime !

    https://www.la-france-mutualiste.fr/actualites/les-15ème-prix-grand-témoin-ont-été-remis-jeudi-30-novembre-2017

  • Cycle de rencontres 2019 « la mort en representations »

    COLLECTIF VIVRE SON DEUIL BRETAGNE

  • Signer la charte "Voice for volunteering"
    L'EAPC (European Association for Palliative Care), le WHPCA (the Worldwide Hospice and Palliative Care Alliance)  et l'IAHPC (the International Association for Hospice & Palliative Care) ont travaillé ensemble pour défendre le soutien, la reconnaissance, la promotion et le développement du bénévolat en soins palliatifs. 
    Pour consulter et signer la charte cliquez-ici.

Fichiers joints: